lundi 3 mai 2010

Un fish-eye à un prix défiant toute concurrence !

Il n'y a pas un photographe, amateur ou plus, qui n'a pas été tenté un jour de faire joujou avec un de ces ultra mega grands angles que sont les fish-eye ! Prendre une photo à 180°, voir plus, est réellement tentant, que ce soit pour des raisons pratiques, ou tout simplement assouvir un désir créatif.

Jusqu'à lors ce type d'objectif restait assez onéreux, et donc pour faires quelques clichés dans l'année, voir ne pas être certain de l'utilité à long terme, peu nombreux sont ceux qui franchissent le pas. Cela va peut-être changer avec l'arrivée sur le marché du Coréen Samyang qui propose un 8mm ouvrant à 3,5 pour un prix défiant toute concurrence: moins de 300 euros !

Bien entendu, à ce prix il ne faut pas espérer l'autofocus. Là on fait le point avec son oeil et ses doigts sur la bague. Mais pas de malaise pour autant, quant un objectif offre une focale de 8mm et une ouverture à 3.5 l'hyperfocale est des plus large. On est quasi certain d'être net entre 1m et l'infini ! Tant mieux d'ailleurs car en ce qui me concerne, avec mon Canon EOS 500D, aucun lien électronique ne se fait entre le fish-eye et le boitier... Là le seul lien est la bague, en belle finition métal comme le reste de l'objectif.


Seule solution donc régler approximativement la mise au point en estimant la distance. Ce qui ne pose aucun problème en prise de vue de paysage, et qui compte-tenu de la plage d'hyperfocale n'est pas véritablement problématique sur des prises de vues d'objets entre 1 et 5m. Pour ce qui est du réglage de l'ouverture, il est donc indispensable sur le Canon de passer en mode manuel. En modifiant la bague d'ouverture du Samyang on se rend à peu près compte dans le viseur de ce que la prise de vue va donner en matière d'exposition. Au début on tâtonne un peu mais comme on est en numérique, au bout de quelques essais on arrive à se repérer et bien caler les ouvertures.

A ce sujet, le Samyang s'en sort plutôt bien et permet de contrôler plutôt correctement les différentes sources de lumière, parfois nombreuse compte tenu de sa couverture. Par exemple cette toute première photo réalisée lors de l'essais avant achat chez Geek Trend (ce site marchand possède en effet un show-room à Paris qui permet de venir voir et tester le matériel avant de l'acheter. Sans compter que l'accueil est fort sympathique et les prix ajustés comme il faut !)



16e/2=8mm



Une fois la maîtrise de la mise au point et celle de l'ouverture du diaphragme, reste à maitriser les possibilités qu'offre le 8mm. Pour de la photo de paysage, afin de coller au plus près de la réalité, il est important de toujours garder à l'esprit de donner le moins d'angle possible par rapport à la ligne d'horizon. Ainsi l'angle de vue est très large et la déformation la moins importante possible.



A l'inverse, si l'on vise sous la ligne d'horizon, ou au dessus de celle-ci on va accentuer très rapidement la déformation de l'image et créer des effets parfois impressionnants.

Visée au-dessus:


Visée au-dessous:

La Terre est ronde, l'océan l'a épousée


C'est ainsi que l'on peut s'amuser à jouer avec ces prises d'angles et être créatif, tant en prise de vue "classique" avec un format à l'horizontal,




qu'en prise de vue à la verticale, tout n'est après qu'un choix dans la composition de l'image (notez qu'ici il s'agit d'une image d'action, prise au 4000e et qui offre un autre "angle" de traitement des photos d'équitation...)



Bref je ne regrette en aucun cas cet investissement. Ce Samyang 8mm 3,5 est un jouet sympathique dont je ne vais pas manquer d'explorer dès que possible les diverses possibilités, en essayant bien sûr de ne pas en abuser.

Si vous aussi vous voulez vous amuser, je vous conseille donc d'aller l'acheter chez Geek Trend où il est actuellement à 227 euros avec une garantie de 3 ans ! Il existe en 5 montures (Canon, Nikon, Pentax, Olympus, Sony).

Voir toutes les photos réalisées avec le Samyang 8mm 3,5 Canon

1 commentaire:

Wictoria a dit…

c'est tout simplement renversant !